L’idée nait un jour, accompagnée de talent, d’envie, de passion, mais il manque un ingrédient, un bout d’équation, l’un des maillons de la chaine, sans quoi le projet sera probablement condamné : le financement. Ce fameux graal que les porteurs de projet convoitent tant, et dont les institutions financière se méfient autant.
Pas de panique, plusieurs options se présentent à vous entrepreneurs, mais avant de se précipiter vers le fond d’aide le plus proche, il s’agit de bien travailler son dossier. Petit préambule de mise en condition, à l’attention des jeunes aventuriers, aux courageux, à vous porteur de projet en quête de fonds.

Savoir ou on est!

En bon entrepreneur qui se vaut, il s’agit de connaitre les différentes phases de développement d’une start-up et d’identifier de manière précise ou on se trouve. Cet exercice est primordial car il conditionnera le canal de financement à cibler, le discours à avoir, etc. A cet effet, la courbe de croissance d’une start-up peut être résumée comme tel :


Idéation –> Création/pré-amorçage –> Amorçage –> Développement –> expansion/transmission

Chaque phase comporte son lot de défis à relever et de règles à respecter. Ceux-ci sont présentés plus en détail dans l’article « Croissance d’une start-up : quelle phases majeures ? ».

Quelle que soit la phase dans laquelle vous vous situez, pensez à consultez un professionnel afin d’avoir les bonnes pratiques. Les différentes hypothèses, notamment fiscales ou sociales, sont souvent négligées lors de l’élaboration d’un plan d’affaires. Gardez en tête que plusieurs personnes sont passées la avant vous et partagent souvent leur expériences. Profitez donc de leur enseignement pour mettre les chances de votre côté.

Ne pas regarder le bout de son nez !

Pour intéresser un d’investisseur, il ne suffit pas de promouvoir un projet qui a du potentiel maintenant, mais de le convaincre que son succès sera fulgurant dans le futur. Il est donc primordial d’intégrer, dans son « pitch », un plan de progression, ou une proposition de « scaling ».

Le maître-mot est de montrer le potentiel de forte croissance que présente notre projet. Produits accessoires à venir, partenariats futurs à signer, accès progressif à de nouveaux marchés, le tout sera de décomposer la croissance en phase distinctes, et de montrer que chacune correspond à une destination précise pour laquelle on a déjà la carte. Il suffira ensuite d’être à l’écoute de sa clientèle afin de choisir le bon chemin pour y arriver.

Etre informé

Au Maroc, plusieurs dispositifs d’appui à l’entreprenariat existent, que ça soit à partir d’initiatives privées ou publiques. Renseignez-vous :

  • d’abord sur le net, et ensuite directement auprès des organismes concernés tels que MarocPME, la CCG ou encore d’autres opérateurs privés en qui proposent ce genre d’aide. Un recueil des dispositifs les plus actifs au Maroc a été élaboré par la plateforme www.flowingo.ma et disponible en accès libre directement ici.

  • Prenez contact avec les associations d’aide aux jeunes entrepreneurs et/ou les structures d’incubation/accélération de projets (Réseau Entreprendre Maroc, CJD, Enactus, AFEM, CEED Maroc, Endeavour,…). Ces dernières sont en contact permanent avec la majorité des investisseurs actifs au Maroc et sont donc les mieux placées pour vous guider dans votre levée de fonds. Préparez-vous toutefois à être impliqué, car le chèque n’est souvent qu’une finalité, précédée par des séances de coaching, mentoring, de mise à niveau, et autres accompagnement tout aussi pertinents ;

  • Demandez à votre conseiller ou à un expert. Celui-ci vous recommandera, selon votre cas, les dispositifs de financement adaptés à votre cas, et vous proposera des conseils concrets pour constituer le dossier de financement et réaliser le montage financiers correspondant.

N’oubliez pas : un entrepreneur qui écoute, c’est un entrepreneur qui sait ! Participez aux évènements mettant en avant l’écosystème de la création/développement d’entreprise. Certains séminaire/webinaire peuvent paraître impertinents, mais il y’a souvent de bons enseignement à en tirer, et au minimum, un réseau à tisser. Vous ne perdez rien, la plupart sont gratuit et en ligne.

A Suivre…

©tous droits réservés AUDIGROUP